• Noemie VEGA

METS DE L’HUILE

Depuis un certain nombre d’années, tous les magazines, font la chasse aux graisses à l’instar des sorcières au Moyen Age.

Les gros titres, surtout durant l’été, nous rappellent ô combien pour être une bombe, il faut bannir les corps gras.

Entre frénésie et prosélytisme, on se demande alors, si tous les lipides doivent être éliminés.

Bien sûr que non, certains acides gras sont mêmes essentiels au bon fonctionnement de notre organisme et c’est ce que nous allons voir.

Tout d’abord, c’est quoi des lipides ?

Le mot lipide vient du grec « lipos » qui signifie « gras », c’est donc pour cela que dans le langage courant on parle de « graisse ».

Aux côtés des protéines et des glucides, les lipides sont des nutriments qui fournissent de l’énergie et qu’on appelle « macronutriments ».

Ces lipides sont essentiels à notre organisme puisque la membrane de nos cellules en est composée et que plus de 55% du poids sec de notre cerveau est constitué de graisse.

Ils jouent donc différents rôles :

  1. Énergétique ; en stockant et fournissant l’énergie

  2. Structural; en formant les membranes cellulaires (phospholipides + cholestérol forment une bi-couche lipidique) et en assurant leur fluidité

  3. Fonctionnel; en synthétisant des médiateurs intercellulaires et des messagers, les hormones, qui régulent les fonctions de l’organisme, l’expression des gènes, la transmission des signaux et en servant de transporteurs aux vitamines liposolubles (A, D, E, K)

Malgré tout, les lipides ont souvent une image très négative, liée au rôle qu’ils jouent dans l’apparition de certaines maladies comme l’obésité ou les AVC.

C’est pour cela que la qualité des lipides et donc des huiles et autres corps gras que nous utilisons et consommons est primordiale.

Alors quelles huiles utiliser ?

Aux acides gras saturés on va préférer les insaturés, alors finies les tartines de saindoux le matin !

Les Acides gras saturés sont présents surtout dans les graisses animales mais aussi dans certaines graisses végétales comme l’huile de palme, de coco ou l’huile de coprah.
On les reconnaît car ils sont solides à température ambiante et figent complètement avec le froid.

Moins fragile que les acides gras insaturés, ils supportent mieux la chaleur de la cuisson mais consommés en excès ils deviennent pernicieux et augmentent le risque d’hypertension, de maladies cardiovasculaires et la synthèse de mauvais cholestérol.

Les acides gras insaturés sont quant à eux, surtout présents dans le règne végétal mais aussi dans les poissons gras. Ils sont liquides a température ambiante et ne figent pas avec le froid.

Pourquoi ? Car leur structure moléculaire est beaucoup plus fluide, plus souple que celle des saturés, et donc ils font le bonheur de nos cellules qui ont besoin de cette grande souplesse.

On a deux types d’acides gras insaturés :

  1. Les mono-insaturés, avec les oméga 9, qui supportent relativement bien la cuisson. On retrouve les omégas 9 dans l’huile d’olive, de noix, dans l’avocat ou encore les arachides.

  2. Les poly-insaturés sont la fine fleur des acides gras, la crème de la crème des lipides. Ils sont essentiels à notre bonne santé. Dans cette famille on retrouve les oméga 3 et les oméga 6 avec  l’huile de colza, d’amandes, de noisettes, l’huile de noix, l’huile de lin et de sésame.

  3. Précaution d’emploi :

  4. Ces huiles doivent être issue d’une culture respectueuse de l’environnement, obtenue par première pression a froid et consommées crues.

  5. Elles ne doivent pas être chauffées car la cuisson, modifie leur forme moléculaire en les faisant passer d’une forme CIS à une forme TRANS.

Quésaco ?

La forme CIS est la forme moléculaire présente dans la nature et est naturellement reconnue par notre organisme alors que la forme TRANS est issue d’une transformation   « artificielle » résultant de la cuisson ou d’un procédé industriel et n’est pas acceptée par notre organisme. (On en retrouve dans les produits manufacturés comme les viennoiseries, plats cuisinés, biscuits, les huiles hydrogénées, etc)

Les acides gras TRANS sont donc à bannir car néfaste pour notre santé.

Faites donc la part belle aux bonnes huiles et attention aux graisses saturées.

Dans la vie tout est question d’équilibre, de justesse mais aussi de plaisir alors allez y gaiement avec les lipides « d’assaisonnement » et n’hésitez pas à mélanger vos huiles dans vos sauces (ex : olive-colza) pour plus de bienfaits et de saveurs.

Et pour les accros à la tartine de beurre du petit deg’, préférez un bon beurre fermier au lait cru sur un pain à la farine bio et levain naturel.

Et comme le disait le « grand prophète » Regg’lyss : Mets de l’huile petit homme dans la vie, il faut que ça glisse ….

                                                                                                                                                            Noémie Vega

Naturopathe

  • Noir Icône Instagram
  • Black LinkedIn Icon