• Noemie VEGA

Ton enfant n’est pas un veau 



Comme le disait le  chansonnier et caricaturiste Léo Campion, « l’Enfant est le fruit qu’on fit ».  Un fruit que chaque parent a envie de chérir, protéger,  d’aider à  grandir en toute sérénité et santé.


Et cette bonne santé passe par  l’alimentation, le sommeil et l’environnement.

Un vieil adage français dit «  Qui fait l’enfant doit le nourrir  » et je rajouterai « bien le nourrir ».

Notre monde moderne nous fait vivre à 100 à  l’heure dans un univers de plus en plus pollué et aseptisé, bercé de stress et manipulé par de grands lobbyistes.

Dans la famille lobbies, je demande les producteurs de lait, et les gros distributeurs de l’agroalimentaire.

Le lait est partout, dans nos céréales le matin, les sauces, les gâteaux, les desserts, etc…

On nous apprend via les publicités, que les produits laitiers sont des sensations pures, qu’il faut en consommer 3 par jour pour que « paf paf paf le loup ! »

Que nenni !

Aucun autre animal ne continue à boire du lait après son sevrage et aucun ne se nourrit du lait d’un autre animal.

Dans son ouvrage, « L’alimentation ou la troisième médecine », le Dr Jean SEIGNALET, docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Montpellier, maître de conférences à la Faculté de médecine de Montpellier, démontre qu’on peut très bien se passer du lait si on consomme normalement des légumes, des fruits frais et secs, des céréales complètes ou germées, du poisson, des algues, du lait de riz, d’avoine, d’amandes.

Le lait de vache  contient du calcium pour son veau, mais ce calcium est peu assimilable pour l’homme nous explique aussi le Dr Nicolas Le BERRE, dans son livre « Le lait, une sacrée vacherie ? »

Pourquoi c’est pas bon pour nous ?

Le lactose (sucre du lait) et les graisses saturées présents dans le lait est difficilement digérer pour notre appareil digestif. La caséine (protéine du lait) présente dans le lait, se colle aux parois intestinales, obligeant le corps à produire des anticorps en très grand nombre et générant de ce fait des inflammations.

Le veau  possède dans son appareil digestif une grande quantité de  présures (coagulant extrait de la caillette, le quatrième estomac) qui lui permet de digérer et d’assimiler le lait de sa mère. Et jusqu’aux dernières nouvelles, n’étant pas des veaux, nous ne produisons pas ce coagulant.

Le lait de vache contient des hormones de croissance spécifiques aux bovins. Ces hormones vont permettre au bébé d’atteindre les 200 kg en six mois ! Les hormones jouent un rôle essentiel au sein de l’organisme, un rôle de messager. Ne pas bénéficier des justes informations véhiculées par les hormones nous prédispose à de nombreux troubles (endocriniens pour commencer).

Alors, quand vous consommez des produits laitiers, votre système digestif doit produire une foule de lactases (enzyme issue de l’intestin) pour le digérer ; et si la lactase n’est pas suffisante, fermentations et début de putréfaction se produisent créant ainsi un véritable cloaque intestinal.

Aujourd’hui on constate aussi de plus en plus d’allergies et d’intolérances aux produits laitiers. Elles peuvent même se déclencher dès les premiers jours de la vie d’un nourrisson, entraînant diarrhées, vomissements, infections ORL.

Chez le grand enfant et chez l’adulte, ces troubles se manifestent par des pathologies comme des infections ORL à répétition chez l’enfant (bronchites, otites, rhinopharyngites), de l’asthme, de l’eczéma, des troubles digestifs, des rhumatismes, des cystites et grand nombre d’autres atteintes.

Alors certes il est vachement difficile pour  les  amoureux de fromages de résister au crémeux d’un Mont d’or fermier, à la puissance aromatique d’un camembert au lait cru ou à la ligne tachetée d’un Morbier,  il n’est donc pas question de renoncer totalement aux produits laitiers mais de les consommer avec parcimonie, de temps en temps et  de privilégier plutôt les fromages au lait de chèvre ou de brebis.

Quant au lait de vache, à moins que vous souhaitiez élever de jolis veaux, ou apprendre à meugler à votre petit dernier, bannissez le de l’alimentation de vos enfants car le seul lait qui  leur convienne est celui de leur mère.

Vous pouvez remplacer le jus de pie par du lait de riz, d’amandes, d’avoine, de noisettes, d’épeautre, etc…

À vous de résister à cette vacherie !

Sources : 



L’alimentation ou la troisième médecine – Dr Jean Seignalet


Le lait, une vrai vacherie ? – Dr Nicolas Le Berre

Lait, mensonges et propagande – Thierry Souccar

Noémie Vega

  • Noir Icône Instagram
  • Black LinkedIn Icon